ACTUS - ARTICLES

Ça chauffe entre Saaturn et le label Step Out de Krys !

Quelques jours après que son premier album  AMBITON   soit dans les bacs, Saaturn se plaint de son producteur.

Mais qu’est ce qui se passe au sein de Step Out Production après le départ de Kalash, X-Man et Datcha Dollar’z, le chanteur du titre « Love Story » quittera t-il le label de Krys à son tour ?

Ce dernier semble mécontent du manque de communication pour son album AMBITION et bien plus.

Saaturn s’exprime sur sa fanpage

12180119_10206758562395556_1470407087_n

Bonjour,

Vous êtes nombreux à venir vers moi concernant le manque de communication de la production en charge de mon album, en l’occurrence STEP OUT PRODUCTIONS ou encore l’absence du son “Si bass la” lors de l’écoute de l’album.

J’ai longtemps pris sur moi et tenté de laisser tout ça dans le privé, mais compte tenu du nombre de retours à ce sujet je tiens à m’exprimer aujourd’hui.

En début d’année on avait lu et entendu: “Quand plusieurs protagonistes (artistes) ont un même problème avec une seule et même personne (producteur), qui est le problème??”. J’aurais dû y croire.

Depuis le début ça ne va pas à STEP OUT , j’ai signé car j’ai cru en cette production, étant fan du producteur lorsque j’étais jeune , j’étais content lors de sa proposition et j’ai signé naturellement, naïvement et surtout rapidement (dès les premiers clips). Malheureusement, le contrat n’a pas vraiment été respecté: Manque de budget, manque de sérieux; J’ai souvent tout organisé seul ou avec ma propre équipe, j’ai payé beaucoup de choses de ma poche car soucieux de la qualité ; les budgets proposés par la production ne le permettaient pas.

Naïf, encore une fois, je pensais qu’il économisait pour me produire un bon album… Aujourd’hui, STEP OUT et son producteur me manquent à nouveau de respect et touche surtout mon public et mes fans ; ce que je ne peux en aucun cas accepter.

Aujourd’hui le fait est que mon album “AMBITION” sort dans de mauvaises conditions: dès la précommande il y a eu un souci avec le son  » Si basse la  » que les fans n’ont pas reçu après avoir précommandé l’album (ce qui leur avait été promis).Deuxièmement, en ce qui concerne l’album physique, le même son « Si bass la  » figurant sur la track list n’est pas disponible sur le CD autrement dit on ne peut pas l’écouter. Troisièmement, il n’y a aucune communication de la production sur mon album et pour couronner le tout, aucune information n’est transmise au public métropolitain afin qu’il puisse se procurer l’album physique qui reste jusqu’à aujourd’hui introuvable en région parisienne . Est-ce normal ?

Être laissé pour compte et ne pas être pris au sérieux me rebute mais l’expérience vient de là. Merci au public d’être là car c’est pour vous principalement que je continuerai à donner le maximum.

Suite au propos de Saaturn, Krys tente d’éclaircir le sujet et s’exprime à son tour à travers sa fanpage

12179501_10206758562555560_1972687014_n

ÇA TURN PAS ROND

Il suffit de quelques vues sur Youtube pour que certains artistes pensent être des super stars ou rapporter un max d’argent à leur producteur. Il suffit d’un problème technique sur un album, chose très courante et souvent due aux prestataires, pour qu’un artiste peu expérimenté, jette la faute à son producteur. Il fait bon taper sur STEP OUT, taper sur KRYS, le seul artiste antillais confirmé qui a monté une structure pour développer des jeunes artistes de la communauté.

La perfection n’existe pas en ce bas monde. Et si, dans le contexte difficile de la musique antillaise, mon label a fait des erreurs, mea culpa. Mais au moins, on travaille, on fait les choses. Aucun de ces artistes à la langue bienveillante ne reconnaitra le travaille effectué par STEP OUT, mais le public le voit ce travail. On voit la différence entre un artiste qui est chez STEP OUT, et un artiste qui ne l’est pas ou ne l’est plus. N’est-ce pas ?

Je dirai au jeune Saaturn que dans une société, quelle qu’elle soit, il faut que les recettes couvrent les dépenses. Désolé de mettre des limites aux budgets, mais c’est ça ou la banqueroute. Je dirais aussi « aucune communication »? Ce n’est pas exact. Je pense que le public peut là aussi facilement vérifier (séances dédicaces, partenariat radio, etc.).

En tout état de cause, je dois quand même tirer des leçons de ce nouveau « déballage ».
Einstein disait que la folie consiste à répéter toujours les mêmes actions, et s’attendre à un résultat différent. J’ai bien compris cette fois que je ne suis pas sur la même longueur d’onde que ces gens.

Quand je dis « STEP OUT est un jeune label, il construit les artistes autant que les artistes le construisent. Collaborons, et même si ce n’est pas facile, avançons ensemble. » Irrémédiablement certains artistes viennent avec l’envie de recevoir, jamais de donner quoique ce soit (souvent par exemple ils ne veulent pas partager sur leurs réseaux le clip d’un autre artiste du label, oui ça va jusque là !) et bien sûr avec la ferme intention de bien profiter de notre chéquier.

Alors, quoi faire ? Arrêter la production et penser qu’à ma gueule comme tous les autres ? Déballer à mon tour tous les manquements de ces artistes, leurs travers, leurs caprices, leur hypocrisie, leur jalousie viscérale envers la plupart de leurs collègues ?
Même si je suis déçu encore une fois par un compatriote, je ne m’abaisserai pas à ce type de comportement. Je vais continuer le boulot, avec le sérieux que l’on me connaît. Mais… différemment.

ADAN ON DOT’ SOLEY

12191938_1037427756277726_1009542074344644569_n


Que se soit aux Etats-Unis, en France, en Jamaïque ou autres, les compromis entre artistes et producteurs sont monnaie courante dans l’industrie musicale, nous prenons parti pour aucun des deux, nous prions juste pour que tout deux puissent trouver une solution à leurs problèmes.


Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.