Lorenz se confie sans « Pwoblèm » !


13988909_10208808244556329_695455975_n (1)

Lorenz se confie sans  « Pwoblèm » , le temps d’une interview exclusive, durant lequel l’interprète du titre « Touné  »  s’exprime sur ses débuts, sur le zouk actuel et bien plus.

Bonjour Lorenz ! Peux-tu te présenter aux lecteurs de lantillais.net
– Salut tout le monde ! Je suis un auteur compositeur de musique caribéenne ayant grandi en Guadeloupe.

Raconte-nous comment tu es arrivé dans le milieu de la musique ?

– Je suis arrivé dans le milieu de la musique dans un premier temps par mon père qui jouait dans un petit groupe, et dans un deuxième temps via les frères Charbonnier du groupe phare des années 90 , Zouk Look qui m’ont appris les bases et m’ont présenté à mon premier producteur : Bruno Slam.

En 2004 sort l’album « Paskè Tan Kout ». Que peux-tu nous dire sur cet opus, douze ans après ?
– C’était une première expérience qui m’a permis de rencontrer pour la première fois le public, faire des prestations et passer en radio, c’était très formateur mais c’était aussi un rêve qui se réalisait.

Que penses-tu du milieu zouk actuel ?
– Je suis un amoureux du zouk, même si je suis bien obligé de reconnaître qu’il s’est un peu appauvri depuis quelques années, c’est une musique qui plait beaucoup et qui a dépassé les frontières de la communauté antillaise. Il n’y a plus le « zouk » mais plutôt des « zouk », en français, en créole, pour les clubs, acoustique … il y en a pour tous les goûts

.

 Internet bouscule les habitudes, les disques ne se vendent plus comme avant. Quel est ton point de vue sur ce sujet ?
– C’est plutôt selon moi le travail des maisons de production de s’adapter à ce phénomène, mais pour nous les artistes dont la seule mission est de créer, rien n’a changé. Cependant il est essentiel de modifier, sa façon de promouvoir et de vendre sa musique, d’occuper le terrain médiatique, sous peine de tomber rapidement dans l’oubli. A part pour les têtes d’affiches, on peut considérer que le format album physique est amené à disparaître au profit de petits projets numériques, plus nombreux par année et par artiste.

Parmi les artistes antillo-guyanais, lesquels t’inspirent le plus ?

– Patrick Saint-Eloi, Jean-Michel Rotin et Gilles Floro sont pour moi les plus grands artistes solos de la musique zouk.

La rédaction attendait avec impatience ton nouveau titre « Pwoblèm ». As-tu des anecdotes à nous donner autour de ce hit ?

– Tout le monde pense que cette histoire est une anecdote vécue mais pas du tout. Par ailleurs la scène dans le clip ou je suis gêné de passer l’huile dans le dos de la jeune demoiselle reflète assez bien ce qui pourrait se passer dans la vraie vie car je suis très timide et pudique en dépit des exigences de mon métier ☺


Un dernier mot pour les lecteurs de http://www.lantillais.net
– Merci de m’avoir lu et on se retrouve très bientôt sur un de mes réseaux sociaux : @Lorenzbaby !

BONNE CONTINUATION


 

Publié dans: INTERVIEWS

Tagged as: , ,

Publicités

1 réflexion sur « Lorenz se confie sans « Pwoblèm » ! » Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s