Advertisements

T Kimp Gee « Le Poète du Ghetto » se confie !


17888382_1421121891294027_1275905628_n

T Kimp Gee aka le poète du ghetto ou encore le philosophe du mal se livre dans une exclusive interview, dans laquelle l’interprète du hit « Manman Di Mwen » nous en dit plus sur sa carrière musicale, son remarquable album Réussir Ou Mourir et bien plus.

– Bonjour, T Kimp Gee. Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je suis un jeune Guadeloupéen issu des quartiers chauds de Grand-Camp. Ma musique reflète mon état d’esprit. Donc, si tu veux apprendre à me connaître, il suffit d’écouter ma musique lool.

– L’appellation d’artiste te convient-elle ?

On m’a toujours appelé T Kimp, c’est tout naturellement que j’ai voulu garder ce nom comme appellation d’artiste.

– Peux-tu nous raconter l’histoire derrière ton blaze T Kimp Gee ?

T Kimp fait référence à mon nom de famille qui est Quimpert (le P’tit Quimpert), j’y ai rajouté le Gee pour Jordan qui n’est autre que mon prénom.

– Y a-t-il des artistes qui ont influencé ta manière d’écrire tes chansons et de chanter ?

On dira de Notorius à Young Chang Mc

– G-Zup Concept est le label musical qui t’accompagne. Pourquoi cette structure ?

Xiner, le producteur de G-Zup Concept, m’a été présenté par Magistral avec qui je collaborais déjà sur des prods. Après quelques rencontres, nous avons contractualisé notre collaboration. Ok, pour être signé dans un label et permettre un développement, mais à la seule condition que je puisse être libre dans mes choix musicaux. Et voilà, c’est chose faite loool ! Xiner est vraiment quelqu’un de très ouvert et à l’écoute, il est également mon manager.

– Ton hit  « Manman Di Mwen » t’a davantage mis en lumière. T’attendais-tu à un tel succès ? Penses-tu que la musique est le meilleur moyen de transmettre un message ?

La musique pour moi est un exutoire où je peux livrer tout ce qui touche. Quand j’entre dans ma phase d’écriture, je suis simplement dans ma bulle. Je n’écris pas en me disant que je «  ponds  » un HIT. Sincèrement, quand j’ai écrit « Manman di mwen » , je ne m’attendais pas du tout à un tel accueil du public. Au fil des prestations et des rencontres, j’ai pu constater que ce titre provoquait chez les gens la même émotion que j’ai pu ressentir en l’écrivant.
Et, je pense que la musique est un bon vecteur pour faire passer des messages. Elle peut guérir un peuple.

– Le 3 Février. Ton premier album « Réussir ou Mourir » est dans les bacs ! Peux-tu me citer trois choses qu’il faut impérativement savoir sur cet opus ?

Réussir ou mourir est pour ainsi dire un journal intime où je me livre. J’y raconte un peu ma vie, le quotidien du quartier, les difficultés que les jeunes de ma génération rencontrent, ect… Vous savez, quand vous êtes issus d’un milieu défavorisé votre univers est plutôt sombre. Pour autant, je dirai que la musique est devenue une porte d’accès qui m’a permis de m’éloigner des influences négatives de la rue.

– Si tu ne devais retenir qu’un seul titre sur le projet ?

Réussir ou Mourir, le titre éponyme de l’album

– Si tu ne devais retenir qu’une seule phrase sur le projet ?

«  La réisit’ ka atizé méchansté à nonm  » (cf : La légende)

– En Juillet 2016, tu collabores avec la talentueuse Stony et dévoiles le hit « C Vou » Quelle ambiance régnait au studio ?

Aaah Stony ! Une belle rencontre musicale. Je m’étais dit que s’il me fallait une collaboration féminine ça serait avec elle. L’occasion s’est présentée et nos deux univers musicaux se sont tout de suite accordés. Magistral m’a proposé cette prod et Stony n’a eu aucune difficulté a entrer dans mon univers. Nous sommes très satisfaits de ce titre qui a reçu un bel accueil du public.

– Selon toi, Négligé une femme qui nous a donné son cœur est-ce source de regret pour l’homme, dans le futur ?

Je fonctionne sur le karma des gens et je me dis que si cette femme est faite pour moi alors elle le sera pour toute une vie.

– Donne moi ton avis sur cette citation :  La vie nous laisse le choix d’en faire un accident ou une aventure

Chacun est maître de son destin. Chacun doit savoir ce qu’il veut réellement, connaître ses objectifs, se les fixer pour ensuite choisir le chemin qui lui est destiné.

– À travers ta plume, on reflète ton vécu. Selon toi, le vécu est-il un pilier dans l’authenticité d’un artiste ?

Tous mes textes sont issus de mon vécu, d’histoires vraies, c’est la base de ma création. J’écris chaque ligne, chaque phrase avec sincérité. Raison pour laquelle l’authenticité de mon écriture est palpable. En gros, rester authentique est quelque chose de naturel et d’évident pour moi.

Tu touches un sujet assez sensible dans le titre « Larme Ay » et passes un vrai message dans « Réussir ou mourir » . En combien de temps as-tu composé ces morceaux ?

Voilà 2 chansons qui me tenaient particulièrement à cœur sur ce projet. Au niveau des prods, et de l’écriture, j’ai vraiment pris mon temps pour les peaufiner. En gros, il a fallu compter un mois de travail pour chaque titre.

 

– Comment s’est passée la collaboration avec les artistes Warped et Drex sur le titre « Pêcheur » ?

Nous avons eu une très bonne collaboration. Tout s’est enchaîné avec naturel. Du choix de la prod au choix du thème. Les 3 univers ont tout de suite matché ce qui a donné un beau titre et j’espère qu’il a été apprécié de notre public.

Pliziè santiman ka fè on richès , on nèg rich san èstim pa anmèd.  Qu’est ce qui t’est passé dans la tête au moment de sortir cette punchline, dans ton titre « Parloire fantome »

Je suis convaincu que l’être humain à des valeurs et que l’argent ne fait pas forcément un ÊTRE. Mon père me disait souvent «  fais de l’argent, mais ne te laisse pas faire par l’argent  »
Cette phrase est pleine de sens pour moi. En clair, je ne perdrai jamais mon estime, mes valeurs, pour de l’argent !!!!

– Après avoir écouté, puis réécouter ton album Réussir ou Mourir . Voici comment je le définis en une seule phrase, « Il faut vivre, puis il faut mourir , le reste est à notre choix » . Qu’en pensez vous Mr Le Poète ?

Oooh non, je ne suis pas d’accord ! A mon avis , il faut vivre, réussir dans la vie, et ensuite mourir. Car, en respectant ce principe de vie, la mort n’est pas un choix mais une obligation.
Dans la vie, on a un chemin à parcourir donc il faut se donner les moyens de le réussir.

– Il y a t-il un artiste avec lequel tu souhaiterais collaborer ?

Oui, NINHO. Nous avons le même univers. À la seule différence, c’est qu’il chante en français et moi principalement en créole. Pour autant, que tu viennes d’une cité de Paname ou de la Guadeloupe, tu vis les mêmes galères, les mêmes oppressions.

– Ton rêve artistique le plus cher ?

Je ne pense pas qu’il y ait de rêve artistique quand tu évolues dans ce milieu. Il n’y a surtout pas de limite. Car, là où tu veux arriver si tu te donnes les moyens, tu y arriveras. Je ne me mets pas de LIMITE donc pas de rêve !

– Un dernier mot pour LANTILLAIS.NET ?

J’espère que le public prendra le temps d’écouter et de surtout comprendre le message que j’ai voulu transmettre dans cet album. Merci !

★★★★
★★★
★★

15442376_1261482893874122_941052752276596665_n
TÉLÉCHARGER 

Itunes
Google Play
Amazon 

★★★
★★

Photo By Kéoz

Interviews Exclusives

Advertisements

Viandy Toons View All →

On a la même passion, mais pas le même job

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :