INTERVIEWS PROFESSIONNELS

Ray Da Prince : un beatmaker en plein essor !

 

17862493_611800702363867_8623736074061060417_n.jpg

Ray Da Prince, est le beatmaker du moment. Il s’est bâti une renommée dans le game, en distillant des instrumentales aux sonorités « trap », à des noms comme Keros-N, Lyrrix, Kalash Criminel, XVBARBAR, pour ne citer qu’eux. Mais qui est le mec derrière toutes ces prods ?

1/ Bonjour. Ray Da Prince. Peux-tu te présenter aux lecteurs de lantillais.net ?

Bonjour à toi Viandy, ainsi qu’à tous les lecteurs du journal web lantillais.net ! Je me présente : Ray Da Prince, je suis auteur-compositeur, et réalisateur artistique. J’ai 21 ans et je suis originaire de la Polynésie Française (Tahiti) et de la Guadeloupe.

2/ Peux-tu nous expliquer l’origine de ton blase ?

En fait, c’est tout bête, je cherchais un nom de compositeur et je ne voulais pas avoir un blase avec une terminaison en « beats » ou « on the track » qui étaient des terminaisons assez utilisées. Du coup, j’ai cherché parmi les artistes que j’appréciais. Parmi eux, j’ai choisi Ray Charles, et j’ai rajouté Da Prince derrière, pour le simple fait que je faisais des manières pour tout quand j’étais petit. Mes parents et mes grands-parents me voyaient comme un petit prince.

3/ Comment t’es venu l’idée de devenir beatmaker ?

L’envie m’est venue grâce à mes cousins qui utilisaient FL Studio afin de produire leurs propres instrus et poser dessus par la suite, ainsi que mon père qui joue du saxophone depuis plus de 30 ans, et qui m’a poussé à prendre des cours de solfège, mais, en vérité, je n’étais pas trop intéressé : ce que je voulais, c’était de la pratique et non du théorique. Et vers l’âge de 15-16 ans, j’ai téléchargé le logiciel pour voir un peu comment ça fonctionnait et j’ai de suite accroché !

4/ T’es-tu essayé en tant que rappeur aussi ?

Oui, je m’y suis essayé quand j’étais encore au collège en écrivant des textes, en faisant des freestyles avec des potes au collège et au lycée. Cependant, je ne voulais pas apparaître en public. Du coup, je me suis mis à composer mes propres productions. Aujourd’hui, j’écris également pour des artistes, cela, a l’air vraiment cool d’entendre quelque chose que tu as écrit dans un son être interprété par un artiste qui a déjà fait ses preuves dans le milieu, c’est valorisant dans le sens où tu te dis que l’artiste t’a fait confiance non seulement pour tes talents de compositeur, mais aussi pour l’écriture !

5/ Es-tu un artiste indépendant  ? Ou fais-tu partie d’un label ou un groupe ?     

À la base, j’ai commencé en solo, puis j’ai décidé de fonder un groupe de composition avec 2 de mes amis qui produisaient aussi (Darknown & Spear Beatz). Nous avons décidé d’appeler ce groupe « UMG Records ». À mesure que le temps passait, l’équipe s’est agrandie avec des compositeurs de tous les horizons tels que Lil Banks, PassiFresh Beatz, Tommy Beats, Alien Beats, Za Proucer, Teddy Krp, ToHR Da Producer et pleins d’autres que je ne peux pas citer, car la liste est encore longue. J’ai également eu l’aide de JUTSU MEDIA GROUP, qui m’a permis de produire leurs artistes et de faire beaucoup de bonnes rencontres artistiques, et depuis peu, j’ai signé avec une boîte d’édition, (Because Music) afin de m’aider à trouver de meilleures opportunités de travailler avec des artistes en développement ou signés en maison de disques.

6/ Pour quels artistes antillo-guyanais as-tu déjà composé ?

J’ai composé pour pas mal d’artistes antillo-guyanais tel que LaRose, que je salue et qui reste jusqu’à aujourd’hui mon coup de cœur, ainsi que pour Nicy, sur sa dernière Mixtape « Alèz », Keros’n sur son dernier album « Bipolaire », Lyrrix et Railfé sur le titre « Méyè Là », Pon2Mik sur plusieurs titres de son projet ou sur le titre « YAH » en Featuring avec CHEU-B, Shaily, Nsy, Arsonist, Kronyk, Bibi Blood sur le titre « Navigateur », Kid Mc, Genow, OneBlaze, YaYa Momm, Bled Miki et divers autres qui arrivent.

7/ As-tu déjà composé pour des artistes autres que ceux des Antilles et de la Guyane ?   

Oui, notamment pour mon gars Kalash Criminel que je salue également, DTF, Aya Nakamura, Take A Mic, la Londonienne Paigey Cakey, J.R O’Chrome de la Sexion D’Assaut, mon gars Sirsy, le XVBARBAR et sinon le reste est à venir !

8/ As-tu en mémoire une prod qui t’a aidé à gravir une marche importante ?

La prod qui m’a vraiment aidé a décollé en métropole, a été celle de « Carré VIP » que j’ai composé pour Kalash Criminel. À la base, je ne l’écoutais pas du tout, mais un jour, mon cousin Ness m’a fait écouter 2 freestyles et 1 de ses sons sur YouTube. Et là, j’ai direct accroché. Malheureusement, je n’avais pas d’ordi pour concevoir des prods, et c’est là que mon cousin m’a donné un PC tout neuf, histoire de lui envoyer 2 ou 3 compositions. J’ai cherché son contact sur les réseaux, je lui ai demandé son adresse mail, afin de lui faire part de mes compositions, et, 1 mois plus tard, il me transmettait les 4 premières mesures qu’il avait enregistré au studio, et il m’annonçait que c’était le dernier morceau de son premier projet signé chez Def Jam. J’étais grave content, surtout que c’est vraiment un gars qui donne la force à tout le monde, et c’est un peu grâce à lui si aujourd’hui, j’ai pu côtoyer ou produire tous les autres artistes que j’ai cité plus haut.

9/ Tu as déjà produit d’autres styles que le hip-hop ou la trap music ?

Oui, bien sûr, et je dirai même que c’est ce que je fais de plus en plus : m’éloigner un peu de la Trap, afin de toucher de nouveaux styles. En ce moment, je suis très axé sur tout ce qui est Neo-soul/Trapsoul, Funk Brésilienne avec LaRose qui m’a permis d’expérimenter ce style pour la première fois sur le titre « Sin Verguenza », je fais aussi un peu de Pop, de l’Afro, de la Tropical House, de la Kizomba, du Zouk et de la Dancehall dans le style de Drake et Wizkid.

10/ Combien d’instrumentale penses tu pouvoir produire en 1 jour ?

En vrai, je ne pourrais pas te dire combien d’instrus je pourrais faire en une journée, car cela dépend de plusieurs facteurs qui déteindront sur la qualité des prods. C’est-à-dire que je peux très bien faire une vingtaine voir une trentaine de prods par jour, mais je préfère me concentrer sur un nombre réduit afin d’obtenir une meilleure qualité et avoir de meilleures chances de placer mes compositions sur des projets d’artistes.

11/  Travailles-tu sur un projet actuellement ?

Je travaille actuellement sur plusieurs projets, notamment celui de LaRose pour qui j’ai enregistré et composé la quasi-totalité des titres de son prochain projet qui sortira d’ici peu. On s’est vraiment pris la tête en studio au niveau des prods, des textes et des clips qu’elle voulait sortir, car c’est son tout premier projet et elle a fait des sacrifices énormes pour se concentrer dessus donc on espère que le public sera au rendez-vous à la sortie ! Sinon à part ça, je travaille en studio sur les projets d’Aya Nakamura, de la Sexion D’Assaut, qui signe son grand retour, Lyrrix et Pon2Mik qui préparent chacun leur premier album solo, Paigey Cakey qui prépare elle aussi un nouveau projet, ainsi que d’autres artistes pour qui j’ai écrit et composé, mais que je vous laisserai le temps de découvrir au moment venu !

12/ Un dernier mot pour lantillais.net 

Pour tous ceux qui ont un objectif dans la vie, que ce soit dans la musique, la vidéo, le sport, l’art en général ou toute autre activité, rien ne se concrétisera si vous n’y croyez pas. J’ai eu des périodes difficiles dans ma vie comme tout le monde, mais j’ai su rebondir grâce à l’aide des bonnes personnes, et aussi parce que je savais ce que je voulais, donc ne lâchez rien et persévérez !

Mis à part ça un grand merci à Viandy pour cette interview sur le site lantillais.net, qui lui aussi comme pas mal de jeunes antillais, travaillent de sorte à ce que nous aussi puissions être reconnus pour ce que nous faisons en tant qu’artiste !

★★★★
★★★
★★

Suivez son actualité sur :

Facebook :  Ray Da Prince – UMG Records
Instagram : raydaprince_umg
Twitter : RayDaPrinceUMG

Publicités

Laisser un commentaire