Aïna Quach interview

INTERVIEW EXCLUSIVE : Aïna QUACH, la talentueuse Malgache !

Aïna Quach interview

C’est sans aucun complexe qu’Aïna Quach, la mélodieuse voix Malgache se confie le temps d’une exclusive interview, à découvrir sans plus tarder !

1/ Bonjour Aïna Quach. Peux-tu te présenter aux lecteurs de LANTILLAIS.NET ?

Bonjour, et bien moi, c’est Aïna QUACH, jeune métisse malgache chinoise vietnamienne et belge qui a grandi en banlieue parisienne. Passionnée de musique depuis toute petite, en plus du chant j’ai plusieurs casquettes comme auteur/compositeur, directrice artistique, coach vocale et mannequin.

2/ Plutôt original ton blaze. Peux-tu nous raconter son histoire ?

Eh bien, c’est très simple, Aïna est mon prénom, il signifie « la vie » en malgache et Quach est mon nom de famille, d’origine asiatique.

3/ Te souviens-tu du titre qui t’a donné cette envie de chanter ?

Oh oui!! C’était « I will always love you » de Whitney Houston, un grand classique qui donne des frissons, et j’ai tellement aimé l’écouter et voir Whitney la chanter en vidéo, que de part ma nature généreuse je me suis dit que moi aussi je voulais transmettre d’aussi beaux messages qu’elle…

4/ Qui sont les membres du staff qui t’entourent ?

Tout d’abord, il y a le prolongement de moi-même hihi, il s’agit de Wilson Silva plus connu sous le nom de WiloWBeatz ou Baby C, un compositeur pleins de talents dont vous avez sûrement entendu les tubes partout sur les ondes (Jessy Matador, Fanny J, Warren, Stony, etc). Il me connaît vraiment par cœur et sait ce que j’aime par dessus-tout. Il m’a beaucoup appris et m’en apprends toujours jusqu’à aujourd’hui, on travaille beaucoup sur les projets d’autres artistes aussi hormis ma carrière, c’est un producteur, un binôme et un homme en or …

Ensuite, il y a Lionel Nidaud, mon attaché de presse, mais surtout un grand ami. Je n’ai jamais vu un jeune homme avec autant d’ambitions pour révolutionner le monde du média, il a toujours de superbes idées, je l’imagine très loin dans quelques années.

Alban Sturaro, c’est l’ingénieur du son qui a toujours mixé mes titres, il fait parti de la « Wilow family », une valeur sûre en terme de travaille, c’est un grand perfectionniste et j’adore ça !

Après, selon les projets, il y a Warren qui était sur « Malalako »en tant qu’auteur/mélodiste et c’est lui qui m’a dirigé en studio. Il a su vraiment mettre en valeur ma voix avec ses mélodies magiques, et ses textes sont tout juste* incroyables ! J’admire son travail

Pour « On se sait » on retrouve Kamnouze en featuring. On a beaucoup travaillé ensemble sur des projets autres que les miens, et il m’a appris l’importance de mettre en valeur les mots dans une chanson. J’ai eu mes premières séances studios avec lui donc il a été, et il est toujours, une superbe école à mes yeux. Humainement, comme on se l’est toujours dit : c’est mon soldat ! Fidèle au poste !

Après, en musiciens, j’ai déjà travaillé avec Thierry Delannay, Ralph Lavital, Ali Angel et Franck Boom de grandes pointures!! Je m’entoure toujours de personnes qui comprennent ma musique et qui y croit, c’est important pour faire un titre qu’on veut aimer chanter et qu’on puisse défendre de A à Z.

5/ Actuellement, tu surfes sur une vague zouk. Mais t’es tu déjà interessée à un autre style musical ?

Bien sûr ! J’ai auparavant fait du traditionnel Malgache, et j’en fais toujours!! J’ai aussi adoré la pop rnb, de la musique afro, et même à mes heures perdues du rock progressif! Si c’est pour vous dire à quel point ça part dans tous les sens dès qu’il s’agit de musique! Du moment que c’est bon, j’aime!

6/ Tu es chanteuse, mais écris-tu tes textes, composes-tu tes chansons ou autres ?

J’écris, je compose, mais j’aime aussi chanter les plumes que j’apprécie, comme ça a été le cas avec Warren et Kamnouze, et la musique de ceux qui l’a font mieux que moi (clin d’oeil à WiloWBeatz).

7/ La rédaction avait apprécié ton titre « Malako ». Peux-tu nous parler de ce fameux  morceau ?

Bien sûr, « Malalako » est un titre qui parle d’amour. Cependant, en réalité il s’agit là d’une métaphore, c’est l’histoire entre le monde de la musique et moi-même. L’orsque je dis dans le titre que je suis blessée, c’est au moment où j’ai toqué à tout un tas de portes et que celle-ci m’ont été fermées à cause de mon surpoids. Dans ce titre, j’explique que peu importe l’enveloppe que l’on peut avoir, peu importe sa propre nature, quand on est passionné, on chérit sa passion en allant jusqu’au bout des choses. C’est donc une chanson autobiographique. Nous avons la WiloWBeatz à la Prod, Warren aux paroles et mélodies, Thierry Delannay aux guitares et Alban Sturaro au mix et mastering.

8/ À travers tes réseaux sociaux, nous pouvons constater que tu es une jeune femme qui s’assume. Aurais-tu un message pour toutes ces femmes qui se sentent complexées par leur corps ?

En effet, cela fait un an maintenant que je suis mannequin, c’est l’aboutissement au fait que j’ai passé le seuil de l’acceptation. Certes l’être humain n’aime pas le changement, mais quand il s’agit de son propre corps, il faut alors réapprendre à le comprendre puis à l’aimer tel qu’il est. La vie est tellement plus belle lorsqu’on la savoure sans complexes ! Et pour certaines personnes dont moi, il s’agit là de la libération d’une souffrance continue qui est la dévalorisation de sois. Alors aimez-vous, prenez soin de vous, mettez-vous en valeur : peu importe à quoi vous ressemblez, ou à quoi vous souhaitez ressembler, vous êtes belles !

9/ Mercredi 13 juin, ton clip « On se sait » en featuring avec Kammouze sera en ligne. Aurait des anecdotes à nous raconter autour de cette collaboration ?

Pour ce titre, on a décidé de mettre des mots là où beaucoup de personnes n’en mettaient pas. Il a été réfléchi de manière à ce que chacun le prenne à sa façon, on peut éprouver ce sentiment intense pour qui ou ce que l’on veut : L’amour de sa vie, un parent, un frère, une sœur, son pays, son Dieu, etc… Lorsqu’on a écrit ce titre, on avait juste une piste de guitare qui tournait en boucle que Wilowbeatz nous avait fait. On a donc écrit toutes les paroles juste sur une piste de guitare, et c’est juste avant qu’on enregistre le titre que celui-ci nous a fait la surprise des arrangements, et on a halluciné parce que c’est comme s’il avait lu dans nos pensées : c’était exactement comme on avait imaginé le titre sans pour autant lui en avoir parlé. Si c’est pour vous dire à quel point l’osmose entre chaque participant d’un projet est très importante. Voilà notre petit secret.

10/ Quel serait ton mot de la fin ?

Aimez-vous et aimez ceux qui sont autour de vous, gardez que les bonnes Vibes et balayez les mauvaises de votre vie si vous souhaitez réellement avancer. Ayez confiance en vous, en vos idées, et foncez vers la meilleure version de vous-même. En ce qui me concerne, je ne cesserai de vous transmettre ma positivité, ma force, et ma passion à travers mes chansons que je dédie à chacun d’entre vous.

★★★
★★

Suivez l’actualité d’Aïna Quach

Facebook : Aïna Quach Officiel
Twitter : AinaQuach
Instagram & Snapchat : ainaquach

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.